Real Madrid, Zinedine Zidane, au cœur de l’histoire

 

Le voilà le dernier match de l’année et pour nous le dernier article concernant la Champions League. On s’attendait à un grand match, on n’a pas été déçu, on voulait des buts, là aussi on n’a pas été déçu, et on voulait un beau champion, de ce côté-là c’est clair que c’est le cas. Ce Juventus Turin contre le Real Madrid a tenu toutes ces promesses dans une belle finale. Le Mulot Des Surfaces, dans un génie sans partage, vous envoie sa bonne vraie analyse, pour ce Grand Format Du Dimanche.

Avant de rentrer pied au plancher dans le vif du sujet, on va d’abord se concentrer sur les compositions des équipes. Ce n’est pas une surprise, c’est du classique des deux côtés, toutes les forces en présence sont le carré vert.

Juventus Turin :

Buffon (cap), Barzagli, Bonucci, Chiellini, Dani Alves, Khedira, Pjanic, Alex Sandro, Dybala, Higuain, Mandzukic.

Real Madrid  :

Navas, Carvajal, Varane, S.Ramos (cap), Marcelo, Modric, Casemiro, Kroos, Isco, Benzema, Ronaldo.

Un premier acte équilibré !

Comme on vous l’avait annoncé dans notre édition d’hier, les Turinois sont partis la tête dans le guidon, gros pressing malgré la bonne entame de match madrilène. Avec deux occasions, les Italiens mettent la pression, pourtant ce sont bien les hommes de Zidane qui vont frapper les premiers. Sur une contre-attaque et avec à la clé un beau mouvement collectif, Ronaldo vient finir le travail pour donner l’avantage aux siens, un tir cadré, un but, on appelle cela la chance du champion ! La Vieille Dame ne va pas pour autant baisser les bras, elle continue sur sa lancée pour chercher l’égalisation. Elle va intervenir, là aussi, sur une action magnifique, ou on sera le témoin du plus beau but de l’année certainement. Sur une remise d’Higuain, Mandzukic contrôle de la poitrine, le dos tourné aux buts, et balance une praline en pleine lucarne en retourné acrobatique, splendide surtout que le cuir ne touche pas une fois le sol. Cette finale est enfin lancée, les deux formations ne ménagent pas leurs efforts. Malgré tout, le score ne bougera plus jusqu’à la pause sur ce score, qui semble logique, d’un but partout.

Le Real gagné le défi physique ! 

On l’avait annoncé dans notre avant match, mais la Juve avait un déficit physique face aux Madrilènes. Cela s’est ressenti fortement en seconde période, les hommes de Zizou jouent beaucoup plus haut, beaucoup plus fort, et imposent ce défi physique si important au haut niveau. La Casa Blanca ne va faire qu’une bouchée des turinois qui semblent avoir été remplacer par des clones modifiés, mais dans le mauvais sens. Casimero lancera les hostilités avec un puissant parpaing, Buffon ne pourra que constater les dégâts, Modrik, d’une géniale inspiration, servira Ronaldo, qui d’une intelligente course au premier poteau, viendra couper la trajectoire du ballon pour tromper Buffon. Le pauvre il n’a rien eu à faire et il prend quatre buts, Asension finira le travail, comme en début de compétition, il avait marqué le premier, et bien du coup il termine aussi avec un but en signe de consécration.

L’analyse du Mulot !

On va passer maintenant à notre analyse, avec en prime des notes pour les deux équipes, et celui qui à nos yeux a été l’homme de cette rencontre. Dans un premier temps, on peut souligner que les deux formations ont eu leurs mi-temps, la Juve en première période, le Real en seconde. Pourtant, c’est bien les merengues qui ont su faire la différence dans leurs moments forts, à défaut, les turinois on semblent-ils pécher physiquement dans leurs moments faibles. C’est en toute logique que le Real s’impose, grâce à une grosse deuxième période, Ronaldo marquera un doublé, mais a profité de l’excellent travail de ses coéquipiers. Pour nous il y a une évidence, malgré le fait que Ronaldo est marqué un doublé, c’est véritablement un homme de finales, c’est l’ensemble du collectif madrilène qui a été performant, avec une très bonne note au milieu du terrain.

Notamment Luka Modrić, qui pour nous est l’homme de l’ombre et du match de cette finale, premier relanceur, c’est de lui que part le danger, avec une aisance technique au-dessus de la moyenne. Le Real mérite bien un 9/10, car il faut avouer qu’en première période c’était équilibré. La Juventus a bien résisté, a bien tenté, mais finalement n’a fait illusion qu’une mi-temps, indigne pour la meilleure défense de la compétition. Avoir fait tout cela pour ce résultat, nous sommes obligés de mettre juste la moyenne 6/10. Voilà j’espère que cela vous a plu, nous on a pris un pied pas possible a faire cet article, on espère que vous prendrez tout autant de plaisir à le lire, ne relâchez pas vos efforts en continuant de Liker au maximum La Page Facebook Du Site, merci à tous, et bravo au Real Madrid et Zinedine Zidane qui rentre encore plus dans l’histoire avec cette douzième Ligue des Champions.

 

Crédits photosFrance-24

 

 

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply