Real Madrid, rentrer un peu plus dans l’histoire

 

Hier nous vous avons présenté la Juventus Turin, aujourd’hui c’est au tour du tenant du titre qui défendra donc sa couronne. Le Real de Zidane est encore en finale comme l’an passé, mais pas contre le même adversaire. Oublier le parcours d’Europa League l’an dernier, cette fois c’est les arbitres qui se sont occupés de tout, du moins, et surtout contre le Bayern  Munich, véritable scandale footballistique ! Oublions peu ce léger coup de gueule, et passons aux points forts et points faibles de cette formation madrilène. Le Mulot Des Surfaces, tel un gourou sans charisme, vous invite dans cette ballade des footballeurs heureux.

Zinedine Zidane, l’homme fort !

C’est le premier point fort de cette équipe, les joueurs sont dévoués corps et âme à leur entraîneur. Dans l’infinie, et surtout collectivement, Zizou n’a pas révolutionné le jeu madrilène, il a simplement redonné envie à son équipe de gagner. En imposant un turn – over à tout le monde, il a marqué de son empreinte sa formation, en plus d’avoir la chance du débutant. Du coup on comprend mieux pourquoi les résultats sont au rendez-vous.

Une défense comme point faible.

C’est le constat que l’on a fait, alors attention ce n’est pas non plus catastrophique, mais c’est certainement là le seul point faible de la Casa Blanca. Du gardien jusqu’aux 4 défenseurs, on peut considérer que face à des gros attaquants physiques et techniques, comme ceux de la Juve par exemple, la défense va souffrir. On l’a vu contre le Bayern où les Espagnols ont galéré sévère. Sans quelques grosses erreurs d’arbitrage, le Real ne serait certainement pas en finale, mais on ne peut, malheureusement pas, refaire l’histoire.

Du milieu à l’attaque, tout est bon !

Solide, technique et complémentaire, le milieu madrilène est certainement le plus performant en Europe. Casimero, le boucher de Bernarbeu, Modric, le talent parle pour lui, et Toni Kros, toujours régulier, tel est le constat. Ces trois-là ensemble font peur, mais face aux Italiens cela ne sera pas la même histoire. Sur le front de l’attaque Benzema, le travailleur de l’ombre, Isco, devenu incontournable, et Ronaldo, l’homme qui parlait aux arbitres, sont cul et chemise ! Si vous l’empêchez de jouer, alors vous avez fait une partie du boulot, il ne reste plus qu’à éviter de grossières erreurs.

L’analyse tactique du Mulot !

Le principal objectif d’une formation qui joue contre le Real est de couper la relation entre les lignes, d’éviter aux latéraux de prendre les couloirs et ainsi alimenter les attaquants. Imposer un pressing, étouffer les défenseurs en le mettant sous pression, voilà les recettes magiques nécessaires à une impitoyable réussite, mais ça je pense que Max Allegri le sait déjà. En attendant demain et la présentation d’avant match, on vous invite à fortement lier au maximum La Page Facebook Du Site, merci à tous de votre soutien, que la force soit avec vous !

 

Crédits photos tjatbass.mondoblog.org

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply